Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 22:55

Il était une fois un petit cheval noir qui, après avoir infligé la pire humiliation à son cavalier, le porta, 4 ans plus tard, au faîte de la gloire. Son nom : Jappeloup de Luze.

tete jappeloup

Jappeloup est né en 1975, d'un père trotteur sans grande envergure : Tyrol II et d'une pur-sang retraitée des courses : Vénérable (croisement pas toujours heureux, mais quand ça marche, ça fait des étincelles !!)

4 ans plus tard, son éleveur, Henri Delage, présente à Pierre Durand, son petit cheval, 1,58m (pour un cheval de concours de sauts d'obstacles, c'est petit petit !). Monsieur Delage croit dur comme fer au potentiel du nain, Pierre Durand, pas du tout... Jappeloup est recalé !

Et puis l'année suivante, Pierre Durand retrouve le p'tit noir sur un terrain, le voit sauter, et se dit que peut-être il pourrait le sortir au niveau national, pensant que sa petite taille lui interdirait les grandes rencontres mondiales.

Commence alors l'une des plus belles histoires entre un cheval et son cavalier, le cavalier : ambitieux, volontaire et méticuleux et le cheval fantasque, capricieux, facétieux, mais une agilité de chat pour passer les obstacles.

A 7 ans, Jappeloup est champion de France ! avec 3 tours sans faute lors des épreuves ! Il intègre l'équipe de France et commence une carrière internationale : grands prix, coupes des nations... Jappeloup apprend son métier et Pierre Durand augmente ses ambitions.

jappeloup1

En 1984, Jappeloup et son cavalier Pierre Durand sont sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Los Angelès, le rêve américain commence pour Pierre Durand. Ce rêve vire au cauchemar, quand Jappeloup, refuse un obstacle, éjecte son cavalier, se débarrasse de sa bride et part au grand galop, direction les écuries ! Pierre Durand traverse le terrain à pied suivi par des millions de spectateurs (J.O. oblige, tout le monde était devant son écran ce jour-là !).

Commence alors une remise en question totale pour ce cavalier, un long travail sur lui-même et Jappeloup. Ils se réapprivoisent mutuellement, reprennent confiance l'un dans l'autre, et repartent à la conquête des titres mondiaux.

En 1986, il loupe le titre de champion du monde, mais, lors de la tournante (épreuve qui consiste pour les cavaliers à échanger leurs monture), il se distingue en faisant moins de fautes que ces concurrents.

En 1987, il est champion d'Europe !

1988, Corée du Sud, les Jeux Olympiques de Séoul, la chaleur est lourde, les tribunes sont bondées, Jappeloup est irréprochable, sa générosité lui assure les ovations du public et lors de l'épreuve par équipe, il offre la médaille de bronze à l'équipe de France.

Puis vient le concours individuel, Pierre Durand et Jappeloup entrent sur le terrain.

Jappeloup enchaine les obstacles, il avale l'éventail et le soleil coréen dans la foulée,  survole les jonques, et le public apprécit :

 

Dieu que la revanche est belle !
Cette victoire est vraiment celle de Jappeloup, puisque Pierre Durand accroche la médaille d'or à son poitrail.

jappeloupEn 1991, Jappeloup a 16 ans et prend une retraite bien méritée.

Hélas, il n'en profite pas, puisque quelques mois plus tard, il meurt d'une crise cardiaque, laissant son cavalier totalement désemparé.

Ce petit bout d'zan fut en fait un grand bonhomme plein de courage.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bienvenue Chez Artémis

  • Artémis
  • Cheveux gris, yeux bleus, plutôt sympa, en général de bonne humeur, peut m'arriver de manier le sarcasme avec délectation !
J'aime mes enfants. J'aime les animaux, les chevaux en particulier, l'informatique, la lecture, le cinéma... etc !
  • Cheveux gris, yeux bleus, plutôt sympa, en général de bonne humeur, peut m'arriver de manier le sarcasme avec délectation ! J'aime mes enfants. J'aime les animaux, les chevaux en particulier, l'informatique, la lecture, le cinéma... etc !